Histoire et patrimoine

Histoire des Arts

Art Occidental

Histoire et patrimoine des bords de l’étang de Berre, des Gaulois à la Révolution
(Ve avant notre ère-XVIIIe siècle)

Avec ses 75 kilomètres de pourtour, l’étang de Berre offre, depuis la plus lointaine Antiquité, à une douzaine de villes, d’Istres à Vitrolles, en passant par Marignane ou Miramas, des ressources vivrières précieuses, sources de nombreux différends, tout en favorisant les liaisons commerciales entre les bourgs.

Cycle de 10 conférences
03 /10 – Les trente beautés de l’étang ou un peu plus…
Cœur et centre du territoire, l’étang de Berre a attiré les premières communautés à la Préhistoire (-10 000 avant notre ère), à Istres, Saint-Chamas, Fos et, quelques millénaires après, séduit les peintres et visiteurs au XIXe siècle. À l’époque contemporaine, le Pays de l’étang reste encore un monde à découvrir et apprécier.

02/11 – Au temps des Avatiques (Ve-IIe siècle avant notre ère) :
la civilisation des oppida, de Saint-Blaise à Constantine en passant par Martigues

Au cours du Ve siècle avant notre ère, profitant d’un essor démographique et économique et de contacts privilégiés avec les Étrusques et les Grecs de Phocée, de multiples oppida (villages perchés et fortifiés) prospèrent, à l’origine des castra médiévaux et des villes actuelles toujours florissantes.

05/12 – La vie quotidienne pendant la Pax Romana (Ier-Ve siècle)
sur les bords de l’étang

La conquête de la Provence par Rome à partir des années 120 avant notre ère et l’action pacificatrice d’Auguste (-27/14 après J.-C.) induisent un processus de romanisation des élites, des cultes, des structures économiques et des habitats. Supplantant les anciens oppida, les ports de Fossis Marianis (Fos), Maritima Avaticorum et Les Laurons (tous deux à Martigues) importent et exportent produits et productions du vaste empire. À l’intérieur et sur les bords du Stagnum Mastromela, les vici (agglomérations secondaires) à Istres ou Cornillon, comme les domaines et exploitations agricoles (villae) à Saint-Julien-les-Martigues, Grans (Baumajour), Berre-l’Étang (La Garanne), Istres (Sivier), sont spécialisés vers le travail de la terre (oléiculture, viticulture, céréales). Pendant près de quatre siècles la Provincia prospère et produit.

09/01/2025 – Le Pays de l’étang pendant l’époque franque (Ve-IXe siècle)
Malgré la prise d’Arles en 416 par les Wizigoths, puis les dominations des Ostrogoths (508-536) et des Francs (536-843), la « romanité » perdure avec le maintien du commerce international, attesté à Fos. Dans l’arrière-pays et sur les bords de l’étang, l’économie se ruralise, avec la réoccupation des villae et le pullulement de la petite propriété. Les premières salines sont attestées à Lavalduc et Engrenier. En même temps, les oppida (Saint-Blaise, Constantine, Sainte-Propice à Velaux, Saint-Michel à Istres…) sont réoccupés. Avec l’avènement des Carolingiens en 741, et jusqu’à la fin du Xe siècle, la Basse-Provence connaît le retour des troubles (invasions et peste), avant la Renaissance de l’an 1000.

06/02 – Le Pays de l’étang à l’époque féodale (XIe-XIIIe siècles) :
châteaux, églises et territoires

Au tournant de l’an 1000, la mise en place des castra (châteaux) par les pouvoirs en place (archevêque d’Arles, familles des Baux, de Fos et autres Porcelets) transforme les pourtours de l’étang de Berre en échiquier politique, donnant naissance à des villages, à l’origine des communes actuelles. Au cœur des préoccupations des détenteurs de pouvoirs et de leurs hommes, se placent en priorité les ressources économiques tirées de l’étang (sel, pêche et commerce) et des territoires, qu’il faut partager et souvent disputer.

06/03 – L’automne du Moyen-Âge sur les bords de l’étang (XIIIe-XVe siècles) :
paix angevine et temps des malheurs

Avec l’accession au Comté par Charles 1er (1246), la Maison d’Anjou régnant sur la Provence jusqu’en 1480, assure une période de prospérité jusqu’en 1348. L’activité économique florissante (agriculture, échanges commerciaux) permet l’accroissement de la population et des bourgs. Le règne de la reine Jeanne (1343-1382) coïncide avec la tristement célèbre trilogie des malheurs (guerres-peste-disettes). Les villages alors se fortifient, tandis que d’autres se dépeuplent, comme Fos, Gignac, ou profitent d’un exode intérieur (Saint-Mitre, Ferrières).

03/04 – XVIe siècle : guerres et Renaissance en Principauté de Martigues
Constitués en Vicomté en 1471, puis intégrés au royaume de France en 1481, les bourgs de l’étang se préparent aux projets d’invasion de Charles Quint (1524-1536), et connaissent ensuite les Guerres de religion (1560-1596). L’architecture défensive est ainsi en plein essor (Lançon, Miramas, Martigues…). Parallèlement, les campagnes sont régénérées par le génie hydraulique d’Adam Craponne qui permet la multiplication des moulins et des bastides. Dans les bourgs, l’aristocratie et la bourgeoisie locale élaborent de nouveaux Hostals. Mais les créations artistiques sont rares, et attestées par les retables d’Étienne Peson à Saint-Chamas, de Sainte -Anne à Marignane, ou de Notre-Dame de Caderot à Berre.

15/05 – Le XVIIe siècle ou l’âge d’or du Pays de Berre
Au cours du Grand siècle, l’ordre revenu et une conjoncture économique favorable permettent au baroque, art de la Contre-Réforme et de la Ville, d’éclore et s’exprimer par des constructions civiles et religieuses de grande qualité à Martigues, cœur de la Principauté du même nom, mais aussi Marignane avec le château Covet, Saint-Chamas, Salon, Grans… La peinture est aussi bien représentée, par des maîtres marseillais ou aixois (Michel Serre, Jean Daret) ou des dynasties de peintres (les Blaye) qui travaillent intensément pour les églises paroissiales, de dévotion ou de pénitents. Ce temps de grâce se prolongera jusqu’au début du XVIIIe siècle, avant que ne surviennent la crise et la tourmente du siècle dit des Lumières.

05/06 – XVIIIe siècle : misères, Lumières et Révolution
Sur les bords de l’étang, les débuts du XVIIIe siècle sont marqués par les drames (hiver rigoureux de 1709, peste de 1720-1722), qui affectent l’économie, la démographie et le climat social. Cette époque est aussi marquée par un certain relâchement religieux des fidèles ou des prêtres. Cependant, les églises d’Istres, Lançon, La Fare et Grans sont reconstruites selon un style classique, tandis que le style Régence ou rococo s’affiche sur les façades des hôtels particuliers de Lançon, Istres et Grans. Dans les campagnes, les bastides de Ponteau, Lunard et Belval offrent de jolis morceaux d’architecture rustique.

12/06 de 14 h à 17 h – Conférence en marchant
Martigues – Des Gaulois à la première révolution industrielle

Jean-Philippe Lagrue
Archéologue médiéviste (Aix-Marseille Métropole/Istres Ouest Provence), conférencier en histoire de l’art depuis 1991 à l’UMTL, guide-conférencier, titulaire d’un DEA d’Histoire de l’art et Archéologie.

Début des séances
Jeudi 03 octobre 2024

UMTL – 9, rue de l’Étang – Jonquières
Jeudi : 14 h à 16 h (une conférence par mois)

L’histoire des Arts, c’est aussi…

RECEVOIR LES NEWSLETTERS

Restez informé·e·s sur nos dernières actualités.

15 + 12 =

En cliquant, vous acceptez les conditions d’utilisation.
Mentions légales et politique de confidentialité.